BANAT

Bordé au sud par le Danube, à
l’est et au nord par les soubresauts des Carpates, le Banat roumain occupe le coin sud-ouest du pays, largement ouvert vers l’ouest et les grands espaces d’Europe centrale.

Si cette région est isolée du reste de la Roumanie par la géographie, elle l’est aussi par son histoire, tournée vers Vienne et Budapest jusqu’en 1918, où elle a rejoint la Roumanie. Autrefois bien plus étendu, le Banat se retrouve aujourd’hui partagé entre trois pays: Hongrie, Serbie et Roumanie.

Le Banat n’est pas une morne plaine

Pour certains, le Banat se limite à une vaste plaine agricole et une ville jeune et prospère au nom lié aux événements de décembre 1989 Timișoara. C’est ignorer les reliefs qui occupent la partie orientale du territoire. Modestes par l’altitude, ces montagnes offrent de multiples recoins passionnants: des gorges, des villages perdus dans la nature, des villages allemands ou tchèques, des moulins à eau préservés, un trésor ferroviaire menacé… Elles viennent buter en beauté sur le Danube qui se taille ici un défilé impressionnant, les fameuses Portes de Fer, séparant l’ensemble carpatique du massif des Balkans.

De 2h à 3h de Timisoara

Les randonneurs disposent d’un terrain de choix, sans grandes difficultés, qui est aussi très apprécié des amateurs de sorties hivernales: les monts Semenic bénéficient généralement d’un enneigement exceptionnel. Point culminant du Banat (1446m), le sommet est animé par une petite station de ski familiale. Tout autour s’ouvre un vaste espace au relief idéal pour le ski de fond.

La région la plus multiculturelle de Roumanie

À côté des populations roumaines, le Banat a hérité de la période impériale une mosaïque de nationalités: Allemands (Souabes et Lorrains), Hongrois, Serbes, Croates, Tchèques, Bulgares, sans oublier les Roms. En quelques km, vous passez d’un village souabe à un village bulgare ou tchèque. Au milieu de la morne plaine, vous pouvez tomber sur un de ces nombreux villages qui ont conservé l’empreinte architecturale des Souabes, venus coloniser cette région au XVIIIe s. Pendant longtemps, Timisoara et toutes les villes du Banat ont bénéficié du dynamisme d’une communauté juive.

21

Timisoara, la petite Vienne

Troisième ou quatrième ville de Roumanie, Timișoara se distingue par son ouverture à l’ouest. Si les évènements dramatiques de décembre 89 sont certes dans toutes les mémoires, cette superbe ville mérite un autre regard. Un urbanisme dominé par l’héritage de l’empire austro- hongrois, où cohabitent architectures baroque, néo- classique, sécession (l’art nouveau autrichien), dont le meilleur exemple est la sublime place de l’Union (piața Unirii) et ses façades pastel. Ville universitaire et carrefour d’influences, parcourue d’une vie culturelle intense, Timisoara est habitée d’un dynamisme que certains disent sans équivalent en Roumanie. Ce n’est pas un hasard si cette ville a été choisie pour être capitale européenne de la culture en 2023. La richesse de son urbanisme, ses espaces verts et les berges de la Bega en font une ville de promeneurs !

Nos offres

  • Bien desservie par avion, Timișoara est une destination de choix pour un weekend au départ de Bucarest, voire de plus loin. La beauté et l’ambiance de la ville, la qualité de l’hôtellerie sont des atouts.

  • A la découverte du Banat: en une semaine ou davantage, un parcours réunissant de délicieux villages de différentes cultures, une balade en train, quelques randonnées plus ou moins faciles, dont les fameuses gorges de la Nera et bien sûr, une immersion dans Timisoara.

  • Weekend de ski de fond dans les Monts Semenic

Le Banat en pratique

Accès

Par la route :

Par train :

Par avion :

Se loger

Hôtels et chambres d’hôtes

Notre équipe vous propose aussi un choix d’hôtels et de chambres d’hôtes.

Circuler

Si vous ne venez pas avec votre propre véhicule, nous proposons :
– La location de voiture à l’aéroport ou la gare de Suceava.
– La formule voiture avec chauffeur.